CHRS Cléberg

Télécharger la plaquette du CHRS Cléberg

Cléberg est un centre d’hébergement et de réinsertion sociale dit « d’urgence » accueillant 70 personnes seules ou en composition familiale.

DSCF1452Un centre d’hébergement d’urgence par nos modalités d’accueil…

Les personnes sont accueillies de manière inconditionnelle[1] et (pour la majorité) immédiate.  Juste, en premier lieu, le besoin ressenti de se mettre à l’abri puis de rester… pour s’extraire de l’insécurité de la rue, de l’indécence des bidonvilles, faire face à une sortie de CADA ou d’hôtel… . 50 personnes sont orientées par le 115, 10 par le Samu Social et 10 par la Maison de la Veille Sociale (commission urgence).

… Un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale par notre statut.

« Rester » à Cléberg nécessite néanmoins, du fait de ce statut, que la prise en charge soit contractualisée. Elle l’est pour une  durée de six mois … contrat renouvelable jusqu’à ce qu’une autre solution d’habitat adaptée puisse être proposée. Le « projet personnalisé », produit de la co-construction entre les travailleurs sociaux référents et la personne concernée, trace le chemin et met en perspective le temps d’hébergement.

Se poser, de se reposer, prendre place dans la structure… tout en n’oubliant pas qu’elle n’est pas une fin en soi et que l’ « ailleurs » se construit au carrefour des envies, du degré d’autonomie, du fonctionnement du dispositif et de ses limites…

Cléberg, un centre d’hébergement en errance.

Cléberg est un établissement en errance puisque, depuis sa création en 2005, les locaux occupés actuellement constituent le troisième site d’implantation. Locaux provisoires en attente d’une installation définitive à l’horizon 2017 à Villeurbanne. La vidéo (version non définitive) ci-dessous présente en 3D le projet du futur CHRS Cléberg. Crédit : BHC Partner C’est un projet porté par ALYNEA, la Ville de Villeurbanne et Est Métropole Habitat.

Visualiser la lettre d’information n°1 sur la construction du futur CHRS, les résidences du 34 rue Richelieu à Villeurbanne_Est Métropole Habitat.

Dans le bâtiment actuel, les bureaux existant avant notre arrivée ont été transformés en chambres, cuisine et salle d’accueil…. « Personnes seules » au rez-de-chaussée, familles à l’étage.  Une chambre par famille, espace partagé à trois ou quatre pour les personnes seules. La promiscuité est parfois pesante dans des locaux peu propices à l’hébergement. Les populations des deux étages se mélangent peu mais se croisent et partagent un même cadre d’accueil. Parfois, certains font le pari de la rencontre et des liens tout à fait singuliers se tissent et s’étoffent.

DSCF1588Cléberg au quotidien

Etablissement ouvert 24h/24, Cléberg est aussi un lieu de vie rythmé par les repas (que les familles ont désormais la possibilité de préparer de manière autonome grâce à une cuisine collective), les allers retours à l’école, les devoirs le soir, le passage hebdomadaire de l’infirmier de l’équipe mobile du réseau social rue hôpital, les réunions mensuelles de résidents, le tour des chambre du jeudi, le changement des draps du mercredi, le passage des bénévoles assurant des cours d’alphabétisation…

Plus ponctuellement des disputes ou des angoisses nocturnes mais aussi des sorties, des animations, des soirées foot, des repas collectifs…

L’accompagnement à Cléberg

DSCF1625

Chaque ménage accueilli se voit attribué deux référents qui assurent un accompagnement dit global, support à l’accès au « droit commun ». L’équipe travaille avec des partenaires du secteur social (MDR, CCAS, accueils de jour, Samu Social, 115, Cimade…) et médical (équipe mobile du RSRH, Interface SDF, CMP, ELSA de la Croix Rousse, Médecin du Monde, PASS du Vinatier…). Il s’agit de permettre aux personnes, par un travail en réseau, de retrouver ou conserver leur autonomie, dans le respect de rythmes leur étant propres. Pour certaines, cela commence par le travail sur la réappropriation du corps, des ressentis, pour d’autres la scolarisation des enfants, l’obtention de ressources… Certains séjours sont de l’ordre de quelques semaines ou mois tandis que d’autres s’étendent sur plusieurs années, lorsque le dispositif ne permet pas l’accès à une solution d’habitat adaptée.

Cléberg est à l’image des paradoxes de l’urgence sociale, secteur en questionnement, construction et refondation, mais aussi miroir de la manière dont la société appréhende ses marges. Au quotidien face aux hommes, aux femmes et aux enfants que nous accueillons, il s’agit de faire avec les manques, d’être porteurs de propositions au sein du dispositif ainsi que de l’association et surtout de tenter d’inventer avec chacun en réinterrogeant les pratiques à chaque instant. Il s’agit de marquer et goûter chaque pas effectué, avec le droit commun comme horizon, même lorsque le chemin se fait long.


[1] C’est-à-dire sans considération quant aux ressources, statut administratif ou perspectives d’ « insertion »